Le roi David jouant de la harpe
Index Table

Extrait de « Psaumes, chants de l’humanité », aux éditions Septentrion

Daoud et le Zabour dans le Coran
David et les psaumes dans le Coran

Le nom de Daoud (David) revient seize fois dans le Coran. Des passages généralement brefs et allusifs, nous tracent le portrait riche et complexe d’un Daoud (David) assez proche de celui que nous trouvons dans la Bible. Il est roi, prophète et psalmiste. Pour les références qui se rapportent ici au Coran, le numéro de sourate ou chapitre est suivi de celui du verset.

Daoud (David) Roi

Daoud (David) est de la descendance d’Abraham (Coran 6:84) et il est le seul après Adam à recevoir l’attribut de lieutenant de Dieu (Calife) afin qu’il dispense le jugement selon le droit (Coran 38:25). Dieu lui a permis de vaincre le géant Goliath (Jaloute). Il lui a donné la royauté, la sagesse et la science (Coran 2:251 et 27:15). Et il a affermi son royaume (Coran 38:20). Aussi Daoud (David) a reçu grâce (Coran 34:10) et force (Coran 38:17) de la part de Dieu. Salomon, son fils (Coran 38:30) sera son successeur (Coran 27:16). Et tous les deux glorifient Dieu (Coran 27:15) qui leur a donné la science et le jugement (Coran 21:79). Dans un litige de pâturage qu’ils devaient juger, Dieu lui-même est témoin (Coran 21:78). En plus de ses dons de poète, il est celui qui a inventé les cottes de mailles (Coran 34:11 et 21:80). Et c’est toute la « Maison de David » qui est invitée à exprimer sa gratitude (Coran 27:13).

Daoud (David) prophète

Daoud (David) est aussi prophète. Son nom est associé à celui de « Îsa ». Jésus fils de Marie, qui ont chacun prononcé la malédiction sur les mécréants (Coran 5:78). Un passage évoque indirectement l’épisode biblique du prophète Natan qui raconte au roi Daoud (David) la parabole d’un homme qui avait un grand troupeau (quatre vingt dix neuf brebis) et qui ose pourtant prendre de force l’unique brebis de son voisin (Coran 38:17-26 ; voir Deuxième livre de Samuel, 12:1-25). Cette parabole vient, on le sait, à la suite de l’aventure amoureuse entre le roi David et Bethsabée, la femme du général Urie (Deuxième livre de Samuel : 11:1-27). Cependant le texte coranique n’en dit rien. Nous apprenons seulement que Daoud (David) a pensé que, par ces faits, Dieu le mettait à l’épreuve ; c’est pourquoi il invoqua le pardon et le reçut (Coran 38:20-25). En effet, la tradition musulmane considère que les prophètes sont exemptés du péché ; c’est pourquoi David ne pouvait avoir succombé à la séduction de la belle Bethsabée, sinon que Dieu lui-même l’ait voulu.

Daoud (David) et le Zabour (les Psaumes)

De plus, Dieu a favorisé Daoud (David) en lui donnant le Zabour (les psaumes), confirmant ainsi sa mission prophétique (Coran 4:163 et 17:55). Les études récentes mettent en lumière les liens littéraires qui existent entre le texte coranique et celui des psaumes bibliques. Cette observation trouve une confirmation patente dans le verset suivant : « Nous avons certes écrit dans le Zabour (les psaumes), après le rappel que nos bons serviteurs auront la terre en héritage » (Coran 21:105). Ce verset renvoie explicitement, cas exceptionnel, au verset des Psaumes : « Les justes posséderont la terre » (Psaume 36:29 ; voir aussi l’évangile de Matthieu 5:4 « Heureux les doux car ils recevront la terre en héritage »). Aussi quand Daoud (David), chante les psaumes, il convie les montagnes et les oiseaux, le ciel et la terre, à chanter avec lui : « O montagnes, ô oiseaux, faites lui écho ! » (Coran 34:10, voir aussi 21:79). On trouve dans les Psaumes, cette même dimension de chant cosmique (voir les Psaumes 97:4-9 et 148:1-14).

Daoud (David) est prophète et roi comme Muhammad est prophète et « roi ». Il est clair que le premier est donné comme modèle à suivre par le second. C’est à ce titre que les musulmans le vénèrent. Quant au livre des Psaumes lui-même, il ne semble pas faire l’objet d’un intérêt particulier dans la tradition musulmane. C’est le Coran qui est l’achèvement de la révélation.

Samir Arbache

 

 

Index Table