Le roi David jouant de la harpe
Index Table
Psaume précédent Psaume suivant
« Le psaume est le moyen de chasser les démons, l’assistance des Anges est appelée par lui ; c’est l’arme combattant les frayeurs de la nuit, c’est aussi le repos des fatigues du jour. C’est pour les enfants Lire la suite...un guide sûr, pour les jeunes gens un splendide joyau, il est consolation pour les vieillards, pour les femmes un très juste ornement. Il est chez lui dans les ermitages, sur les places publiques il porte la sagesse. Il est la formation des débutants, le développement de qui progresse, l’épanouissement de qui rejoint la perfection. Il est la voix de l’Église : il fait briller d’allégresse les festivités ou bien stimule la componction. Même des cœurs de pierre il excite les larmes. » Saint Basile
Langue française
 
Universalis lingua

Psaume 16 (hébreu 17)

Garde-moi

 
1
Seigneur, écoute la justice ! †
 
 
Entends ma plainte, accueille ma prière :
 
 
mes lèvres ne mentent pas.

 
2
De ta face, me viendra la sentence :
 
 
tes yeux verront où est le droit.

 
3
Tu sondes mon cœur, tu me visites la nuit, †
 
 
tu m’éprouves, sans rien trouver ;
 
 
mes pensées n’ont pas franchi mes lèvres.

 
4
Pour me conduire selon ta parole,
 
 
j’ai gardé le chemin prescrit ;
 
5
j’ai tenu mes pas sur tes traces :
 
 
jamais mon pied n’a trébuché.

 
6
Je t’appelle, toi, le Dieu qui répond :
 
 
écoute-moi, entends ce que je dis.

 
7
Montre les merveilles de ta grâce, *
 
 
toi qui libères de l’agresseur
 
 
 ceux qui se réfugient sous ta droite.

 
8
Garde-moi comme la prunelle de l’œil ;
 
 
à l’ombre de tes ailes, cache-moi,
 
9
loin des méchants qui m’ont ruiné,
 
 
des ennemis mortels qui m’entourent.

 
10
Ils s’enferment dans leur suffisance ;
 
 
l’arrogance à la bouche, ils parlent.

 
11
Ils sont sur mes pas : maintenant ils me cernent,
 
 
l’œil sur moi, pour me jeter à terre,
 
12
comme des lions prêts au carnage,
 
 
de jeunes fauves tapis en embuscade.

 
13
Lève-toi, Seigneur, affronte-les, renverse-les ;
 
 
par ton épée, libère-moi des méchants.

 
14
Que ta main, Seigneur, les exclue d’entre les hommes, *
 
 
hors de l’humanité, hors de ce monde :
 
 
 tel soit le sort de leur vie !

 
 
Réserve-leur de quoi les rassasier : †
 
 
que leurs fils en soient saturés,
 
 
qu’il en reste encore pour leurs enfants !

 
15
Et moi, par ta justice, je verrai ta face :
 
 
au réveil, je me rassasierai de ton visage.
Doxologie
 
 
Gloire au Père… Voir le détail
Après un distique :
 
 
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit, *
 
 
pour les siècles des siècles. Amen.
Après un tristique :
 
 
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit, †
 
 
au Dieu qui est, qui était et qui vient, *
 
 
pour les siècles des siècles. Amen.
Après une strophe de quatre ou six lignes :
 
 
Rendons gloire au Père tout-puissant,
 
 
à son Fils, Jésus Christ, le Seigneur,
 
 
à l’Esprit qui habite en nos cœurs,
 
 
pour les siècles des siècles. Amen.
Oraison
Dieu qui fais justice, tu as entendu la plainte du Christ et tu l’as délivré du Mauvais. Écoute maintenant la prière de ton Église que l’agresseur veut jeter à terre. Libère-la par l’épée de ta Parole, et fais-lui voir les merveilles de ta grâce.

Version œcuménique. Texte liturgique.
Copyright © 2012 A.E.L.F. pour la traduction des psaumes, les oraisons et les titres.
Tous droits réservés.

Psalmodiez à l’aide de tons simples
Si vous êtes débutant ou si vous manquez d’expérience, voici quelques tons simples, accompagnés de pré-écoutes, qui vous permettront d’accéder à tout l’art de la psalmodie par versets.
Pour en savoir plus sur la psalmodie cliquez-ici.
Éclairage sur le Psaume 16
Appel de l’innocent. Extrait de La bible des peuples
Entends mon cri, Seigneur, sois attentif à ma clameur
— Il en est beaucoup qui poussent des cris vers le Seigneur, pour acquérir la fortune, pour éviter des dommages, pour la santé de leur famille, la stabilité de leur maison, un bonheur éphémère, les honneurs de ce siècle, pour la santé du corps enfin, le patrimoine du pauvre. Pour de tels biens, beaucoup crient vers le Seigneur.
— À peine s’en trouve-t-il un qui crie vers le Seigneur pour le Seigneur lui-même. Hélas, la tendance de l’homme est de désirer quelque chose du Seigneur, n’importe quoi, au lieu de désirer le Seigneur lui-même. Peut-il y avoir plus de douceur dans ce qu’il donne que dans celui qui le donne ? Celui qui crie vers le Seigneur pour lui demander autre chose que lui-même ne fait pas « le saut » dont parle le psaume.
— Que dit celui qui fait le saut ? « J’ai élevé ma voix, et j’ai crié vers le Seigneur » (Ps 76, 2). Ne t’imagine pas que cette voix s’élève pour autre chose que le Seigneur, car elle dit plus loin : « Ma voix tend vers Dieu ». Chez nous la voix que nous faisons entendre peut monter vers le Seigneur et avoir un autre objet que le Seigneur. Une voix appelle l’objet pour lequel elle s’élève.
— Celui qui aime Dieu pour lui-même, qui lui sacrifie tout, qui dépasse tout ce qui est en-dessous de lui ne trouve pour épancher son âme au-dessus de lui que celui de qui, par qui et en qui il a été créé. Il lui adresse sa prière dont l’objet est le Seigneur lui-même. « Ma voix, dit-il, tend vers Dieu ». L’a-t-il fait inutilement ? Écoute ce qui suit : « Et il a regardé vers moi ». Il regarde quand tu le cherches lui, et non pas autre chose, en te servant de lui. Extrait de Saint-Augustin prie les Psaumes, traduition de A. G. Hamman, publié par Migne
Album en écoute, à découvrir...
Chemin de psaumes
Léandre Boldrini & Theo Mertens
Psaume 16, J'ai marché sur tes traces (3'24)
Index Table
Psaume précédent Psaume suivant