Le roi David jouant de la harpe
Index Table
Psaume précédent Psaume suivant
« La psalmodie, plutôt qu’un art du chant, est un art de dire. » Père Joseph Gelineau

Psaume 37 (hébreu 38)

Ne m’abandonne jamais

 
2
Seigneur, corrige-moi sans colère
 
 
et reprends-moi sans violence.

 
3
Tes flèches m’ont frappé,
 
 
ta main s’est abattue sur moi.
 
4
Rien n’est sain dans ma chair sous ta fureur,
 
 
rien d’intact en mes os depuis ma faute.

 
5
Oui, mes péchés me submergent,
 
 
leur poids trop pesant m’écrase.
 
6
Mes plaies sont puanteur et pourriture :
 
 
c’est là le prix de ma folie.

 
7
Accablé, prostré, à bout de forces,
 
 
tout le jour j’avance dans le noir.
 
8
La fièvre m’envahit jusqu’aux moelles,
 
 
plus rien n’est sain dans ma chair.

           

 
9
Brisé, écrasé, à bout de forces,
 
 
mon cœur gronde et rugit.
 
10
Seigneur, tout mon désir est devant toi,
 
 
et rien de ma plainte ne t’échappe.

 
11
Le cœur me bat, ma force m’abandonne,
 
 
et même la lumière de mes yeux.
 
12
Amis et compagnons se tiennent à distance,
 
 
et mes proches, à l’écart de mon mal.

 
13
Ceux qui veulent ma perte me talonnent,
 
 
ces gens qui cherchent mon malheur ;
 
 
ils prononcent des paroles maléfiques,
 
 
tout le jour ils ruminent leur traîtrise.

           

 
14
Moi, comme un sourd, je n’entends rien,
 
 
comme un muet, je n’ouvre pas la bouche,
 
15
pareil à celui qui n’entend pas,
 
 
qui n’a pas de réplique à la bouche.

 
16
C’est toi que j’espère, Seigneur :
 
 
Seigneur mon Dieu, toi, tu répondras.
 
17
J’ai dit : « Qu’ils ne triomphent pas,
 
 
ceux qui rient de moi quand je trébuche ! »

 
18
Et maintenant, je suis près de tomber,
 
 
ma douleur est toujours devant moi.
 
19
Oui, j’avoue mon péché,
 
 
je m’effraie de ma faute.

 
20
Mes ennemis sont forts et vigoureux,
 
 
ils sont nombreux à m’en vouloir injustement.
 
21
Ils me rendent le mal pour le bien ;
 
 
quand je cherche le bien, ils m’accusent.

 
22
Ne m’abandonne jamais, Seigneur,
 
 
mon Dieu, ne sois pas loin de moi.
 
23
Viens vite à mon aide,
 
 
Seigneur, mon salut !
Doxologie
 
 
Gloire au Père… Voir le détail
Après un distique :
 
 
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit, *
 
 
pour les siècles des siècles. Amen.
Après un tristique :
 
 
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit, †
 
 
au Dieu qui est, qui était et qui vient, *
 
 
pour les siècles des siècles. Amen.
Après une strophe de quatre ou six lignes :
 
 
Rendons gloire au Père tout-puissant,
 
 
à son Fils, Jésus Christ, le Seigneur,
 
 
à l’Esprit qui habite en nos cœurs,
 
 
pour les siècles des siècles. Amen.
Oraison
Dieu qui perçois tous nos appels, ne sois pas loin, réponds-nous ! Tu n’as pas abandonné le Christ dans sa chair à bout de force, dans son amour bafoué. Accorde maintenant à tes fils, accablés par le poids de leur faute, d’espérer ton secours et ton pardon.

Version œcuménique. Texte liturgique.
Copyright © 2012 A.E.L.F. pour la traduction des psaumes, les oraisons et les titres.
Tous droits réservés.

Psalmodiez à l’aide de tons simples
Si vous êtes débutant ou si vous manquez d’expérience, voici quelques tons simples, accompagnés de pré-écoutes, qui vous permettront d’accéder à tout l’art de la psalmodie par versets.
Pour en savoir plus sur la psalmodie cliquez-ici.
Éclairage sur le Psaume 37
Prière dans la détresse.
— Quand se présente la maladie ou le malheur, nous commençons à réfléchir ; nous découvrons alors que notre plus grand malheur est d’être pécheurs. Extrait de La bible des peuples
Prière pour demander le pardon des péchés.
— David composa ce Psaume quelque temps après son adultère avec Bethsabée, probablement dans les commencements de la révolte d’Absalon. Le prophète Nathan lui avait apporté de la part de Dieu le pardon de son péché ; mais, si la faute était remise, il devait l’expier par de dures épreuves : mort du premier-né de Bethsabée, attaque des ennemis du dehors, crimes et révoltes dans sa propre famille, abandon et hostilité de ses amis. — Il commence par peindre, sous la figure de souffrances corporelles, l’état de tristesse et d’accablement où l’ont réduit ces épreuves successives, et où il voit clairement la main de Dieu qui le frappe (vers. 2-9) ; il se plaint de l’abandon et même de l’hostilité que lui témoignent ses anciens amis (10-15) ; enfin il invoque le Seigneur qui seul peut le secourir (16-23).
— Ce Psaume est le troisième des psaumes pénitentiaux (voir aussi Ps 6, Ps 31, Ps 50, Ps 101, Ps 129, Ps 142) ; les sentiments qu’il exprime conviennent à tous les pécheurs repentants. Au sens spirituel, S. Augustin l’applique à Jésus-Christ souffrant, non pour ses propres fautes, mais pour l’expiation des péchés des hommes. Extrait du Psautier Monastique №370 de 1938, Éditions Sainte-Madeleine
Index Table
Psaume précédent Psaume suivant