Le roi David jouant de la harpe
Index Table
Psaume précédent Psaume suivant
« Celui qui psalmodie dans la Liturgie des Heures ne psalmodie pas tellement en son propre nom qu’au nom de tout le Corps du Christ, et même en tenant la place du Christ lui-même. Lire la suite...Si l’on se rappelle cela, les difficultés disparaissent, au cas où l’on s’aperçoit que les sentiments intimes, tandis que l’on psalmodie, sont en désaccord avec les sentiments exprimés par le psaume ; par exemple, si étant accablé de tristesse, on rencontre un psaume de jubilation, ou bien, dans le succès, un psaume de lamentation. Dans la prière purement privée, il est facile d’éviter cet inconvénient, car on est libre de choisir un psaume accordé à ses sentiments. Mais dans l’office divin, on ne psalmodie pas à titre privé : c’est au nom de l’Église que le cycle officiel des psaumes est pratiqué même par celui qui dit une Heure en étant seul. Celui qui psalmodie au nom de l’Église peut toujours trouver un motif de joie ou de tristesse car, en ce sens aussi, se vérifie la parole de l’Apôtre : “Joyeux avec ceux qui sont joyeux, pleurant avec ceux qui pleurent” (Rm 12, 15) ; et ainsi la fragilité humaine, blessée par l’amour de soi, est guérie à ce niveau de charité où l’âme s’accorde avec la voix chez celui qui psalmodie. » PGLH №108, Cf. Saint Benoît, Règle

Psaume 52 (hébreu 53)

N’ont-ils donc pas compris ?

 
2
Dans son cœur, le fou déclare :
 
 
   « Pas de Dieu ! » *
 
 
Tout est corrompu, abominable,
 
 
   pas un homme de bien !

 
3
Des cieux, le Seigneur se penche
 
 
   vers les fils d’Adam[1] *
 
 
pour voir s’il en est un de sensé,
 
 
   un qui cherche Dieu.

 
4
Tous, ils sont dévoyés ;
 
 
   tous ensemble, pervertis : *
 
 
pas un homme de bien,
 
 
   pas même un seul !

 
5
N’ont-ils donc pas compris,
 
 
 ces gens qui font le mal ? †
 
 
Quand ils mangent leur pain,
 
 
 ils mangent mon peuple. *
 
 
   Dieu, jamais ils ne l’invoquent !

 
6
Et voilà qu’ils se sont mis à trembler,
 
 
   à trembler sans raison. *
 
 
Oui, Dieu a dispersé les os de tes assiégeants ;
 
 
   tu peux en rire : Dieu les rejette.

 
7
Qui fera venir de Sion[2]
 
 
   la délivrance d’Israël ? †
 
 
Quand le Seigneur ramènera les déportés de son peuple, *
 
 
   quelle fête en Jacob, en Israël, quelle joie !
Doxologie
 
 
Gloire au Père… Voir le détail
Après un distique :
 
 
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit, *
 
 
pour les siècles des siècles. Amen.
Après un tristique :
 
 
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit, †
 
 
au Dieu qui est, qui était et qui vient, *
 
 
pour les siècles des siècles. Amen.
Après une strophe de quatre ou six lignes :
 
 
Rendons gloire au Père tout-puissant,
 
 
à son Fils, Jésus Christ, le Seigneur,
 
 
à l’Esprit qui habite en nos cœurs,
 
 
pour les siècles des siècles. Amen.
Oraison
Ne supporte plus, Seigneur, que l’on exploite tes enfants, même si le bien n’est pas en eux ! Dans la folie du monde qui te nie, vois le seul homme qui n’ait pas fait le mal, Jésus, ton propre Fils. A cause de lui qui t’invoque, libère et rassemble ton peuple.

Version œcuménique. Texte liturgique.
Copyright © 2012 A.E.L.F. pour la traduction des psaumes, les oraisons et les titres.
Tous droits réservés.

Psalmodiez à l’aide de tons simples
Si vous êtes débutant ou si vous manquez d’expérience, voici quelques tons simples, accompagnés de pré-écoutes, qui vous permettront d’accéder à tout l’art de la psalmodie par versets.
Pour en savoir plus sur la psalmodie cliquez-ici.
Éclairage sur le Psaume 52
Folie des impies
Tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu (Rom 3, 23). Extrait du Psautier monastique de Solesmes
Psaume LII
Le Psalmiste déplore la corruption générale des hommes. Il décrit la confusion où tombent ceux qui persécutent le peuple du Seigneur, et il prédit la délivrance de ce peuple et la joie dont elle sera suivie. Extrait de « La Sainte Bible selon la vulgate », J.-B. Glaire/F. Vigouroux, Éditions DFT
Notes
  1. Adam est l'ancêtre de tous les hommes. Adam est le nom donné au premier homme dans la bible, dans le récit du jardin d'Eden (Gn 2 et 3). En hébreu ancien, c'est un nom collectif qui signifie : les gens.
  2. Sion désigne la vieille ville de Jérusalem ( voir la carte) dont le roi David s'empara aux environs de l'an 1000 av. J-C (2 S 5, 6-10). De Sion vient le mot sionisme, qui désigne le mouvement qui a amené les Juifs dispersés à coloniser, puis à reconquérir la Palestine sur plus d'un siècle (Is 35, 10; 62).
Index Table
Psaume précédent Psaume suivant