Le roi David jouant de la harpe
Index Table
Psaume précédent Psaume suivant
« En tant que prière, les psaumes sont des manifestations de l’âme et de la foi, où tous peuvent se reconnaître et dans lesquels se communique cette expérience de proximité particulière avec Dieu à laquelle chaque homme est appelé. » Benoît XVI
Jésus a cité
ce psaume
v. 4 : Jn 15,25
v. 22b : Jn 19,28

Psaume 68 (hébreu 69)

Dans l’abîme des eaux

 
2
Sauve-moi, mon Dieu :
 
 
les eaux montent jusqu’à ma gorge !

 
3
J’enfonce dans la vase du gouffre,
 
 
   rien qui me retienne ; *
 
 
je descends dans l’abîme des eaux,
 
 
   le flot m’engloutit.

 
4
Je m’épuise à crier,
 
 
   ma gorge brûle. *
 
 
Mes yeux se sont usés
 
 
   d’attendre mon Dieu.

 
5
Plus abondants que les cheveux de ma tête,
 
 
   ceux qui m’en veulent sans raison ; *
 
 
ils sont nombreux, mes détracteurs,
 
 
   à me haïr injustement.

 
 
Moi qui n’ai rien volé,
 
 
   que devrai-je rendre ? *
 
6
Dieu, tu connais ma folie,
 
 
   mes fautes sont à nu devant toi.

 
7
Qu’ils n’aient pas honte pour moi, ceux qui t’espèrent,
 
 
   Seigneur, Dieu de l’univers ; *
 
 
qu’ils ne rougissent pas de moi, ceux qui te cherchent,
 
 
   Dieu d’Israël !

 
8
C’est pour toi que j’endure l’insulte,
 
 
que la honte me couvre le visage :
 
9
je suis un étranger pour mes frères,
 
 
un inconnu pour les fils de ma mère.
 
10
L’amour de ta maison m’a perdu ;
 
 
on t’insulte, et l’insulte retombe sur moi.

 
11
Si je pleure et m’impose un jeûne,
 
 
je reçois des insultes ;
 
12
si je revêts un habit de pénitence,
 
 
je deviens la fable des gens :
 
13
on parle de moi sur les places,
 
 
les buveurs de vin me chansonnent.

           

 
14
Et moi, je te prie, Seigneur :
 
 
   c’est l’heure de ta grâce ; *
 
 
dans ton grand amour, Dieu, réponds-moi,
 
 
   par ta vérité sauve-moi.

 
15
Tire-moi de la boue,
 
 
   sinon je m’enfonce : *
 
 
que j’échappe à ceux qui me haïssent,
 
 
   à l’abîme des eaux.

 
16
Que les flots ne me submergent pas,
 
 
   que le gouffre ne m’avale, *
 
 
que la gueule du puits
 
 
   ne se ferme pas sur moi.

 
17
Réponds-moi, Seigneur,
 
 
   car il est bon, ton amour ; *
 
 
dans ta grande tendresse,
 
 
   regarde-moi.

 
18
Ne cache pas ton visage à ton serviteur ;
 
 
   je suffoque : vite, réponds-moi. *
 
19
Sois proche de moi, rachète-moi,
 
 
   paie ma rançon à l’ennemi.

 
20
Toi, tu le sais, on m’insulte :
 
 
   je suis bafoué, déshonoré ; *
 
 
tous mes oppresseurs
 
 
   sont là, devant toi.

 
21
L’insulte m’a broyé le cœur,
 
 
   le mal est incurable ; *
 
 
j’espérais un secours, mais en vain,
 
 
   des consolateurs, je n’en ai pas trouvé.

 
22
À mon pain, ils ont mêlé du poison ;
 
 
quand j’avais soif, ils m’ont donné du vinaigre.

           

 
30
Et moi, humilié, meurtri,
 
 
que ton salut, Dieu, me redresse.
 
31
Et je louerai le nom de Dieu par un cantique,
 
 
je vais le magnifier, lui rendre grâce.
 
32
Cela plaît au Seigneur plus qu’un taureau,
 
 
plus qu’une bête ayant cornes et sabots.

 
33
Les pauvres l’ont vu, ils sont en fête :
 
 
« Vie et joie, à vous qui cherchez Dieu ! »
 
34
Car le Seigneur écoute les humbles,
 
 
il n’oublie pas les siens emprisonnés.
 
35
Que le ciel et la terre le célèbrent,
 
 
les mers et tout leur peuplement !

 
36
Car Dieu viendra sauver Sion[1]
 
 
et rebâtir les villes de Juda.
 
 
Il en fera une habitation, un héritage : *
 
37
patrimoine pour les descendants de ses serviteurs,
 
 
 demeure pour ceux qui aiment son nom.
Doxologie
 
 
Gloire au Père… Voir le détail
Après un distique :
 
 
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit, *
 
 
pour les siècles des siècles. Amen.
Après un tristique :
 
 
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit, †
 
 
au Dieu qui est, qui était et qui vient, *
 
 
pour les siècles des siècles. Amen.
Après une strophe de quatre ou six lignes :
 
 
Rendons gloire au Père tout-puissant,
 
 
à son Fils, Jésus Christ, le Seigneur,
 
 
à l’Esprit qui habite en nos cœurs,
 
 
pour les siècles des siècles. Amen.
Oraison
Jésus que l’on a bafoué sans raison, prends pitié de ceux dont l’amour est trahi. Jésus que l’amour du Royaume a perdu, prends pitié de ceux que l’on met en prison. Jésus qui n’as pas trouvé de consolateur, prends pitié de ceux qui sont affligés. Jésus que l’on abreuva de vinaigre, prends pitié de ceux qui souffrent pour la justice. Jésus, humilié par les hommes, sauvé par Dieu, sois la joie et la fête des pauvres.

Version œcuménique. Texte liturgique.
Copyright © 2012 A.E.L.F. pour la traduction des psaumes, les oraisons et les titres.
Tous droits réservés.

Psalmodiez à l’aide de tons simples
Si vous êtes débutant ou si vous manquez d’expérience, voici quelques tons simples, accompagnés de pré-écoutes, qui vous permettront d’accéder à tout l’art de la psalmodie par versets.
Pour en savoir plus sur la psalmodie cliquez-ici.
Éclairage sur le Psaume 68
Le zèle de ta maison me dévore
Ils lui donnèrent à boire du vin mêlé de fiel (Mt 27, 34). Extrait du Psautier monastique de Solesmes
L’eau m’arrive jusqu’au cou.
— Le serviteur de Dieu, presque submergé par les eaux de la souffrance et de la mort, appelle à l’aide le Seigneur. Les évangélistes ont appliqué à Jésus plusieurs termes de cette prière. Après avoir été libéré de la mort, il sera le bonheur des chercheurs de Dieu. Extrait de La bible des peuples
Notes
  1. Sion désigne la vieille ville de Jérusalem ( voir la carte) dont le roi David s'empara aux environs de l'an 1000 av. J-C (2 S 5, 6-10). De Sion vient le mot sionisme, qui désigne le mouvement qui a amené les Juifs dispersés à coloniser, puis à reconquérir la Palestine sur plus d'un siècle (Is 35, 10; 62).
Index Table
Psaume précédent Psaume suivant