Le roi David jouant de la harpe
Index Table
Psaume précédent Psaume suivant
« Pensez souvent [...] à vous retirez dans la solitude de votre cœur alors que vous êtes au milieu des conversations et des affaires. Si nombreux qu’ils soient, ceux qui vaquent autour de vous ne seront pas Lire la suite...un obstacle, car ils côtoient seulement votre corps ; votre cœur, lui, demeure seul avec Dieu seul. Ainsi faisait le roi David, au milieu de tant d’occupations, comme nous le voyons si souvent dans les Psaumes : Et moi, je suis toujours avec toi, tu m’as saisi par ma main droite (Ps 72, 23) ; J’ai mis le Seigneur devant moi, sans relâche (Ps 15, 8) ; Vers toi j’ai les yeux levés, ô mon Dieu, qui te tiens au ciel (Ps 122, 1) ; Mes yeux sont fixés sur le Seigneur (Ps 24, 15). Les conversations ne sont généralement pas si prenantes que l’on ne puisse de temps en temps en retirer son cœur pour le resserrer dans cette divine solitude. » Saint François de Sales, Introduction à la vie dévote, ch. XII, v. 111.

Psaume 73 (hébreu 74)

Il n’y a plus de prophètes !

 
1
Pourquoi, Dieu, nous rejeter sans fin ?
 
 
Pourquoi cette colère sur les brebis de ton troupeau ?

 
2
Rappelle-toi la communauté
 
 
 que tu acquis dès l’origine, †
 
 
la tribu que tu revendiquas pour héritage,
 
 
la montagne de Sion[1] où tu fis ta demeure.

 
3
Dirige tes pas vers ces ruines sans fin,
 
 
l’ennemi dans le sanctuaire a tout saccagé ;
 
4
dans le lieu de tes assemblées, l’adversaire a rugi
 
 
et là, il a planté ses insignes.

 
5
On les a vus brandir la cognée,
 
 
 comme en pleine forêt, *
 
6
quand ils brisaient les portails
 
 
 à coups de masse et de hache.

 
7
Ils ont livré au feu ton sanctuaire,
 
 
profané et rasé la demeure de ton nom.
 
8
Ils ont dit : « Allons ! Détruisons tout ! »
 
 
Ils ont brûlé dans le pays les lieux d’assemblées saintes.

 
9
Nos signes, nul ne les voit ;
 
 
 il n’y a plus de prophètes ! *
 
 
Et pour combien de temps ?
 
 
 Nul d’entre nous ne le sait !

           

 
10
Dieu, combien de temps blasphémera l’adversaire ?
 
 
L’ennemi en finira-t-il de mépriser ton nom ?
 
11
Pourquoi retenir ta main,
 
 
cacher la force de ton bras ?

 
12
Pourtant, Dieu, mon roi dès l’origine,
 
 
vainqueur des combats sur la face de la terre,
 
13
c’est toi qui fendis la mer par ta puissance,
 
 
qui fracassas les têtes des dragons sur les eaux ;

 
14
toi qui écrasas la tête de Léviathan
 
 
pour nourrir les monstres marins ;
 
15
toi qui ouvris les torrents et les sources,
 
 
toi qui mis à sec des fleuves intarissables.

 
16
À toi le jour, à toi la nuit,
 
 
toi qui ajustas le soleil et les astres !
 
17
C’est toi qui fixas les bords de la terre ;
 
 
l’hiver et l’été, c’est toi qui les formas.

 
18
Rappelle-toi : l’ennemi a méprisé ton nom,
 
 
un peuple de fous a blasphémé le Seigneur.
 
19
Ne laisse pas la Bête égorger ta Tourterelle,
 
 
n’oublie pas sans fin la vie de tes pauvres.

 
20
Regarde vers l’Alliance : la guerre est partout ;
 
 
on se cache dans les cavernes du pays.
 
21
Que l’opprimé échappe à la honte,
 
 
que le pauvre et le malheureux chantent ton nom !

 
22
Lève-toi, Dieu, défends ta cause !
 
 
Rappelle-toi ces fous qui blasphèment tout le jour.
 
23
N’oublie pas le vacarme que font tes ennemis,
 
 
la clameur de l’ennemi, qui monte sans fin.
Doxologie
 
 
Gloire au Père… Voir le détail
Après un distique :
 
 
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit, *
 
 
pour les siècles des siècles. Amen.
Après un tristique :
 
 
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit, †
 
 
au Dieu qui est, qui était et qui vient, *
 
 
pour les siècles des siècles. Amen.
Après une strophe de quatre ou six lignes :
 
 
Rendons gloire au Père tout-puissant,
 
 
à son Fils, Jésus Christ, le Seigneur,
 
 
à l’Esprit qui habite en nos cœurs,
 
 
pour les siècles des siècles. Amen.
Oraison
Dieu qui es dès l’origine notre roi, rappelle-toi ton Église opprimée. Tu es le Dieu créateur et vainqueur qui l’a baptisée dans la mort du Christ. Aujourd’hui, regarde le peuple de ton Alliance ; lève-toi, défends ta cause, et si des fous blasphèment et profanent ton nom, que les pauvres et les malheureux le chantent !

Version œcuménique. Texte liturgique.
Copyright © 2012 A.E.L.F. pour la traduction des psaumes, les oraisons et les titres.
Tous droits réservés.

Psalmodiez à l’aide de tons simples
Si vous êtes débutant ou si vous manquez d’expérience, voici quelques tons simples, accompagnés de pré-écoutes, qui vous permettront d’accéder à tout l’art de la psalmodie par versets.
Pour en savoir plus sur la psalmodie cliquez-ici.
Éclairage sur le Psaume 73
Lève-toi, Seigneur, et prends-en main ta cause !
— Quel mystère pour notre foi que le silence de Dieu face à nos folies ! Extrait de La bible des peuples
Complainte sur la ruine du temple
Ne craignez pas ceux qui peuvent tuer le corps (Mt 10, 28). Extrait du Psautier monastique de Solesmes
Psaume LXXIII
Plainte et prière à Dieu au sujet de son peuple qui a été livré à ses ennemis, et du temple brûlé et souillé par ces mêmes ennemis. Le Psalmiste fait le récit des anciennes merveilles opérées par le Seigneur en faveur de son peuple ; il termine en demandant à Dieu de se souvenir de l’orgueil de ses ennemis et de les humilier. Extrait de « La Sainte Bible selon la vulgate », J.-B. Glaire/F. Vigouroux, Éditions DFT
Notes
  1. Sion désigne la vieille ville de Jérusalem ( voir la carte) dont le roi David s'empara aux environs de l'an 1000 av. J-C (2 S 5, 6-10). De Sion vient le mot sionisme, qui désigne le mouvement qui a amené les Juifs dispersés à coloniser, puis à reconquérir la Palestine sur plus d'un siècle (Is 35, 10; 62).
Index Table
Psaume précédent Psaume suivant